Recherche au Service de la Santé

La notion de foyer en E.A.V.

 

Un foyer est le dépôt d'une toxine au niveau d'un tissu, qui peut être d'origine virale, bactérienne, vaccinale...


Normalement cette toxine doit être éliminée par les cellules immunocompétentes. S'il se produit un "enkystement" de cette toxine dans les cellules et que l'élimination naturelle ne se produit pas, nous obtenons un foyer.


On peut dire aussi que les foyers perturbateurs sont des zones pathologiques corporelles qui induisent des effets à distance par modification de la circulation des informations électromagnétiques. La difficulté réside dans le fait que le patient ne se plaint pas de ces barrages. Le corps est en permanence en train d'essayer de se débarrasser de ces foyers d'où épuisement énergétique inutile.


Un foyer se traduit, en E.A.V., par une chute de la mesure aux points d'organes. La présence d'un foyer n'est que très rarement vérifiable biologiquement puisque ce foyer est en général dû à la présence d'une toxine ou d'un germe en faible quantité et en principe ne circulant pas dans les milieux biologiques à partir desquels on va effectuer des dosages. Les foyers les plus fréquemment rencontrés sont :

  • foyers digestifs : représente la majorité des consultants,
  • foyers dentaires : granulomes-ostéite-cicatrices,
  • foyer sinusiens,
  • cystite chronique,
  • foyers vésiculaires,
  • etc...

L'électroacupuncture de VOLL est d'une grande aide pour les médecins et les chirurgiens-dentistes. Elle permet la mise en évidence des foyers dentaires et donne pour chaque foyer :

  • sa nature,
  • sa localisation,
  • le ou les organes qu'il perturbe,
  • ou l'organe qui est à l'origine du problème dentaire.

Cette détermination se fonde sur la mesure précise de la réactivité des points correspondant aux dents et aux organes cibles. Les foyers ainsi déterminés échappent souvent à l'examen clinique et radiologique. Ils sont toutefois importants pour la santé du patient, du fait de la perturbation de leur système énergétique.


Pour réduire le foyer on pourra utiliser une dilution homéopathique basse (3 à 10 D) de la toxine composant le foyer. Cela pourra se vérifier par un rétablissement à la normale de la mesure.